Le gouvernement indien recule sur l’interdiction du tourisme du tigre

Un mois après que la Cour suprême ait interdit le tourisme dans les zones centrales des réserves de tigres sur la base des directives de l’Union ministère de l’Environnement, le ministère a fait demi-tour, mardi, en indiquant au tribunal qu’il était nécessaire de repenser les lignes directrices.

L’ordre SC interdisant le tourisme dans les régions principales ont conduit à de vives protestations des États et des entreprises commerciales florissantes dans et autour de réserves de tigres. Dans un affidavit, le Centre a cité la perte de moyens de subsistance et une menace pour la faune et les forêts dans le cas d’une interdiction sur le tourisme. L’affidavit mentionne également la perte d’une chance pour les gens du commun de voir le patrimoine naturel. La déclaration sous serment, déposée conjointement par l’Autorité nationale de conservation du tigre et le ministère de l’environnement et des forêts, a déclaré que les lignes directrices antérieures doivent être revus car il fallait davantage de consultations avec les parties prenantes.

Le gouvernement d’Etat désireux de lever l’interdiction du tourisme du tigre

Le Centre s’est à déplacé la Cour suprême pour obtenir son autorisation d’examiner les lignes directrices existantes sur les sanctuaires de tigres dans le pays, sur la base de laquelle le tribunal avait imposé une interdiction sur le tourisme dans la zone centrale des réserves de tigres.

En fait, le Rajasthan a pris une initiative pour lever l’interdiction. Mardi matin, le ministre du Tourisme, des forêts et l’environnement Bina Kak a reçu un appel du ministère des forêts et de l’environnement (MEF), confirmant la réception d’une lettre qu’elle avait adressée au président du Comité consultatif national (CCN) Sonia Gandhi, après l’ordonnance du tribunal.

« J’avais écrit au président du CNA et le président du Congrès Sonia Gandhi lui demandant de diriger le MEF pour un examen et une révision des lignes directrices présentées à la cour pour le tourisme dans les réserves de tigres. Ce matin, j’ai reçu un appel du ministre de l’Union Jayanthi Natarajan qu’une copie de ma lettre a été transmise à son président par le CNA « , a déclaré Kak.

Le ministre a aussi coordonné avec les ministres des forêts d’autres Etats de tigre pour devenir partie à l’affaire. « J’ai parlé à Chhagan Bhujbal dans le Maharashtra et aux ministres des forêts de l’Uttarakhand et le Madhya Pradesh et de l’Union ministre Subodh Kant Sahay. Nous allons tous être partie dans le cas présent, » dit-elle.

« La nature est importante mais c’est aussi le tourisme. Toutefois, le tourisme devrait être réglementé. Souvent, les touristes servent commes des yeux pour nous. Quant Rajasthan est concerné, nous avons fait tout ce que nous a raconté par la NTCA. Cette fois, quand je suis allé à Ranthambore même les petits propriétaires d’hôtel suivaient les ordres mais ils ont confiance dans le gouvernement du Rajasthan. Ils nous ont assuré qu’ils feront tout ce que nous leur demandons. Même si la Cour suprême leur permet , mais si on leur dire de ne pas le faire, ils se conformeront à nous », a ajouté Kak.

Non différente sont le point de vue des groupes de conservation. «Nous avons tous vus les lignes directrices de la MEF depuis l’ordonnance du tribunal. Il y a des failles précises. En fait, le gouvernement du Rajasthan, qui dispose d’un hôtel à l’intérieur des forêts, se sent plus concerné que les autres. Il y a quelques ONG qui pourrait trop intervenir », a déclaré le biologiste de conservation Dharmendra Khandal de Tiger Watch.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply