La Cour suprême lève l’interdiction sur le tourisme du tigre en Inde

La Cour suprême a donné en avance son cadeau de Dussehra ( fête hindoue ) pour les voyagistes en levant interdiction sur le tourisme du tigre en Inde. La Cour suprême a annulé son ordonnance antérieure du 24 Juillet interdisant le tourisme tigre dans les domaines essentiels de sanctuaires de faune en Inde.

La Cour suprême a accepté les nouvelles lignes directrices émises par le gouvernement central qui permet l’activité touristique sur 20 pour cent des zones de tigre dans les réserves. Les nouvelles lignes directrices interdise strictement toute création de nouvelle infrastructure touristique à l’intérieur des zones centrales.

La Cour suprême a également demandé aux gouvernements des Etats de venir avec un plan de conservation du tigre dans les six mois à partir d’aujourd’hui et de le soumettre à l’autorité nationale de conservation du tigre.

Le cas du tourisme du tigre a vu un grand nombre de retournements. La première était l’interdiction tourisme du tigre sur la recommandation du gouvernement central. Cependant, plus tard gouvernement de l’UPA a changé sa position et sur la recommandation du ministère de l’Environnement, puis a exhorté la Cour suprême de revoir l’interdiction et permettre seulement 20 pour cent de la superficie de base pour l’activité touristique.

Le changement de position ne va pas été bien vu par la Cour suprême qui n’a pas accepté la décision du gouvernement central. Cependant, plus tard la Cour suprême a accepté de lever l’interdiction suur le tourisme du tigre, mais a ordonné à tous les États à suivre les directives émises en vertu de Project Tiger.

Ce sont seulement 20 pour cent des zones essentielles pour l’activité touristique et en même temps, aucune infrastructure nouvelle serait créée à l’intérieur des zones de base. Les Propriétaires d’établissements hôteliers devront également payer des « frais de conservation » qui pourraient commencer à partir de 300 Rs et atteindre les 3000 Rs selon les facilités offertes par la station.

Il incombe de décider de la taxe par le gouvernement de l’État. Ce fonds seront utilisé pour l’éco-développement. La National Tiger Conservation Authority administrera les fonds.

Bien que la décision de la Cour suprême est venu comme un immense soulagement mais l’impact immédiat sur l’industrie touristique est incertaine. La saison touristique a déjà commencé et diverses réserves de tigres dans le pays ont subi des pertes qui valent des millions.

Les voyagistes ne sont pas sûr que cette saison touristique apportera une bonne année. Ils espèrent que les arrivées futures permettront d’améliorer, mais ne s’attendent pas à atteindre les niveaux précédents. Certains propriétaires de station ne sont pas d’accord avec les nouveaux frais, car ils devront les répercuter sur les touristes qui vont voyager dans les réserves de tigres.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply